cendrierJe suis arrivée en Haïti pour un nouveau contrat le 23 janvier 2013. J’ai publié ce billet sur Facebook le 25 janvier :

Que serait Haïti sans quelques malaises ?!

Malaise no 1

La propriétaire de mon appartement se pointe avec une dizaine de cendriers sous le bras et en distribue un peu partout dans les pièces.
-Merci madame, mais je ne me fume pas.
-Ah bin ok, on n’en mettra pas dans ta chambre.
-Euh…
-C’est pour tes invités…

Malaise no 2

L’homme de services, ou concierge (je ne sais pas comment l’appeler en fait) de la maison me montre sa chambre… grosse comme l’une de mes salles de bain… Car oui, j’ai deux salles de bain. Et aussi une salle de toilettes…

Malaise no 3

L’un des chauffeurs de mon organisation, qui commence à travailler à 7h et termine à 17h30, m’explique qu’il doit prendre 5 tap-taps pour se rendre au travail. Il passe donc près de 4h par jour dans les transports publics pour aller et venir du travail. Devant mon étonnement, il répond (avec le sourire, bien sûr) : « Mais c’est tellement difficile de trouver du travail ici. »

Être l’incarnation même des inégalités, c’est une chose à laquelle on ne s’habitue pas !

Étiqueté avec :    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *