Coke : du beau au très laid

Ma vie est pleine de paradoxes. Celui-ci par exemple. Chaque fois, c’est comme des désaccords entre mon cerveau gauche et mon cerveau droit, le petit ange et le petit diable qui m’accompagnent partout, mon côté blé entier et mon côté givré. Et la chicane, même quand c’est avec soi-même, bin c’est fatiguant. Aujourd’hui, l’objet de mon conflit intérieur est Coke. Rien de moins.

Je suis tombée là-dessus en disant « Wow! ». J’aime ce qui sort de l’ordinaire et ce qui est beau/coloré/original. Ça m’allume. C’est comme les bouteilles d’Evian par Christian Lacroix ou Paul Smith. C’est beau et j’aime ça.

Mais j’aime pas qu’on se moque de moi. Les bouteilles signées Sonia Rykiel ou Mika sont de beaux objets. Mais elles vont me servir à quoi, avec en prime leur super-hyper-emballage en carton ? Qui c’est qui va décorer son appartement avec une bouteille de Coke ? Et puis, elle va me coûter combien, cette bouteille ? Evian vendait sa bouteille d’eau Christian Lacroix 5$ l’hiver dernier. Cinq dollars. Pour de l’eau.

En Afrique du Sud, près de 1,4 milliards de personnes vivent avec moins de 1,25$US par jour. Non, même pas 5$. Moins de 1,25$. Un virgule quatre milliards de personnes. Ça fait beaucoup d’êtres humains pauvres, ça. 1,4 milliards. Dans ce lot, on compte sans aucun doute les milliers de vendeurs de rue qui ne peuvent s’approcher des stades pendant la Coupe du Monde. Des « zones d’exclusion » d’un kilomètre ont été établies par la FIFA autour des stades et sont réservées aux grandes marques, dont Coke.  Coke, dont les profits ont augmenté, au cours de la dernière année, de 1,54 milliards de dollars. Justement à cause de ses ventes dans les marchés émergents comme la Chine, l’Inde et le Brésil. Comment est-ce possible ? Dans tous les pays africains où je suis allée (Burkina Faso, Mali, Kenya), la bouteille de Coke se vendait moins cher que la bouteille d’eau…

Je trouve indécent d’écrire dans un même paragraphe 1,25$ versus 1,54$ milliards. Et des chiffres indécents, j’en lis encore plein dans cet article du Monde diplomatique :  la FIFA « espère engranger 3 milliards d’euros », « près de 150 millions d’euros ont été investis pour garantir l’ordre public pendant la manifestation sportive »… Comment fait-on pour accepter, jour après jour, d’aussi grandes disparités ? Et quand on ne les accepte pas, on fait quoi pour y remédier ? On peut déjà faire taire un peu son cerveau droit et laisser sur la tablette la bouteille Sonia Rykiel ou Mika… On peut même prendre le 5$ ainsi économiser pour participer à cette nouvelle forme de pari

D’autres articles sur plus ou moins le même sujet :